Herbes médicinales : comment les vendre ?

233

Supposons que vous ayez construit votre beau jardin de santé : vous avez soigneusement choisi les plantes, vous les avez cultivées et maintenant elles sont prêtes à être vendues. Mais comment sont vendues les plantes médicinales ?

Tout le monde ne sait pas qu’il existe environ huit cents types différents de plantes médicinales si l’on ajoute les italiennes, qui seraient environ cent quatre-vingts, aux exotiques. Dans le domaine des herbes médicinales, nous avons appris quelles sont les herbes italiennes les plus courantes et à quoi elles peuvent être utilisées. Nous avons également vu que pour leur culture des précautions plus importantes sont nécessaires que les cultures ordinaires et ceci est déterminé par le fait que, étant des plantes destinées à un usage médical ou alimentaire, il est essentiel qu’elles restent aussi loin que possible des pesticides et des produits chimiques. Sinon, leur objectif curatif et le respect de cette tradition qui veut que les plantes curatives ne soient absolument pas affectées dans leur naturalité seraient perdus. En effet, l’objectif principal, qui est aussi le fer de lance des ventes, est de conserver intacte la capacité de la plante à être porteuse de substances actives, médicinales et curatives. C’est pourquoi le meilleur type de culture pour ce type d’herbe est certainement la culture biologique, dépourvue de tout agent chimique tel que fertilisant ou pesticide. Mais une fois produit, le herbes médicinales : comment les vendre ? Quels sont les débouchés commerciaux possibles ? Doivent-ils nécessairement être transformés pour leur vente et, si oui, comment peuvent-ils être modifiés ? Comment se fait leur conditionnement et leur conservation ? Examinons de plus près comment il est possible de faire des affaires avec des herbes médicinales.

Vente de semis

Certes, l’un des moyens les plus simples de commercialiser les herbes médicinales est de vendre leurs plants : plus ou moins jeunes à mesure qu’ils naissent, ils peuvent être disséminés au détail ou en gros. La capacité d’être utilisé à des fins multiples grâce à l’utilisation de leurs racines, graines, feuilles ou fruits ou, encore, de résines, rend attrayante la vente de plantes, qui peuvent ensuite être cultivées et exploitées au maximum, en fonction du choix du producteur (usage pharmaceutique ou cosmétique, etc.)

Vente de plantes médicinales transformées

séchage c’est certainement le meilleur moyen d’assurer un bon maintien des propriétés des herbes médicinales aussi parce qu’elle évite l’altération de la plante et c’est la technique la plus traditionnelle. Ce procédé consiste à éliminer l’eau présente dans les tissus végétaux tout en maintenant une humidité résiduelle qui varie selon les espèces d’herbe et la durée de stockage hypothétique : ainsi le produit est maintenu stable et durable car les processus sont bloqués. avec déshydratation qui conduisent à la détérioration normale du produit. La preuve que le séchage aura eu lieu correctement sera obtenue si l’herbe, bien que manquant de la lucidité dans la couleur de la plante, déterminée précisément par la présence d’eau, aura conservé la même couleur qu’elle a dans la nature.

Le produit séché est largement utilisé pour la préparation de tisanes ou infusions ou pour la production de pains ou pour une utilisation dans la cuisine traditionnelle, typique des trattorias, toujours à la recherche des saveurs du passé. Mais on pense aussi aux plats les plus modernes dans lesquels l’utilisation non seulement de plantes aromatiques mais aussi d’herbes médicinales devient de plus en plus élégant (!).

Utilisation dans le secteur alimentaire

Au-delà de l’utilisation la plus connue des herbes officinales comme le basilic pour la préparation du pesto ; le romarin pour parfumer les viandes rôties et les pommes de terre ainsi que l’origan pour le porc, il existe d’autres façons d’utiliser les plantes médicinales dans le secteur alimentaire. Par exemple : les graines de coriandre peu connues bonnes pour aromatiser l’huile ; la ciboulette idéale pour parfumer les soupes ou les salades ou encore pour parfumer le beurre ; le cresson particulièrement utilisé pour parfumer les soupes.

Une autre utilisation particulièrement valable est celle dans le secteur de alcool. Nous pensons que même les apéritifs les plus courants, alcoolisés ou non, contiennent des herbes aromatiques mais les non plus ultra il se produit avec la production de liqueurs obtenues à partir de l’infusion d’épices ou d’herbes médicinales et de digestif: il suffit de penser à l’amaro del capo de Calabre ou au rucolino d’Ischia à circulation nationale ou encore aux liqueurs artisanales, les très bonnes, dont la base alcoolique est obtenue en mélangeant divers spiritueux. Par conséquent, la vente de nos herbes officinales peut également se faire à petits ou grands fabriques de liqueurs.

Utilisation dans le domaine médical

Aujourd’hui, nous les appelons « remèdes sucrés » : ce sont des médicaments à base de produits naturels tout comme les herbes médicinales qui ne peuvent être vendus qu’en pharmacie ou dans les herboristes. Les autres acheteurs potentiels seront les mêmes industries pharmaceutiques.

C’est un secteur délicat : en effet, il ne faut jamais oublier que les herbes, aussi bonnes pour la santé qu’elles puissent être du fait de leurs propriétés tout aussi dangereuses, peuvent devenir pour l’homme ou les animaux si les parties et modes d’utilisation ne sont pas connus. . Par exemple : l’herbe « numérique » (vrai nom en latin : digitalis purpurea) est une aide précieuse pour les maladies cardiaques, mais s’il est mal utilisé, il peut même provoquer un blocage cardiaque et entraîner la mort.

Utilisation dans le secteur cosmétique

L’essor de l’utilisation de l’aloès ces dernières années est la preuve que les plantes peuvent également être utilisées dans le secteur cosmétique : crèmes à base d’aloès, shampoings, après-shampooings, onguents médicamenteux pour la cicatrisation des plaies ou pour l’hydratation en profondeur de la peau, boissons pour la purification de notre corps et ainsi de suite, plus vous en mettez. Par conséquent, les industries cosmétiques sont également de bons acheteurs pour nos herbes médicinales. En effet, chaque plante médicinale apporte des propriétés utiles pour la beauté : rendre les cheveux brillants ou contrôler la production de sébum ou encore aider à dégonfler les jambes et les pieds et même blanchir les dents, une utilisation typique de la sauge.

Conclusion

Une dernière information et une observation, en conclusion, je voudrais partir : cela va sembler étrange mais bien que l’Italie ait le climat parfait, du nord au sud, pour la culture des herbes médicinales, la grande majorité du produit que nous utilisons est importé de l’étranger. . Probablement la faute à la crise économique et à la peur de se lancer dans des activités productives et commerciales dans un pays qui semble de plus en plus dans l’abîme en raison de la mauvaise politique de nos représentants. Mais je crois qu’à cela il faut aussi ajouter la mauvaise information sur le sujet et la formation quasi inexistante des personnes. Le conseil est de jeter un œil par la fenêtre internet : en ligne, en effet, il existe plusieurs cours, en réalité disséminés autour de la botte, qui fournissent les bases nécessaires à ceux qui entendent se lancer dans la voie de la culture et de la commercialisation de ces derniers. des produits. Le secret, peut-être, pour ne pas mourir dans notre (autrefois) beau pays ? Produisez ici et vendez à l’étranger ! Mais produire sans piller notre territoire, qui est la seule bouée de sauvetage de l’Italie, grâce à l’utilisation de techniques et de traitements conçus pour sauvegarder la nature.

De Samantha Mendicino


Noter

Auteur de l’image : pixabay.com